Copyright 2021 FOCUS FEATURES, LLC. ALL RIGHTS RESERVED

THE NORTHMAN

Robert Eggers sublime la puissance des Vikings et surtout celle de leurs femmes.

 

Robert Eggers offre un choc visuel et psychologique au spectateur avec The Northman. Le réalisateur de The Witch et de The Lighthouse pousse l’expérience multisensorielle encore plus loin pour cette fresque pleine de fracas et de fureur.  Alexander Skarsgard y incarne un prince ivre de vengeance dans un univers intense et magique.

« J’ai voulu montrer des Vikings entre légendes et réalité historique, confie le réalisateur à 20 Minutes. Il me semblait aussi important de me démarquer du côté viril et toxique qui accompagne souvent leurs aventures romancées. » Des rôles puissants tenus par Anya Taylor-Joy (vue dans la série Le Jeu de la dame The Witch et Last Night in Soho), Nicole Kidman et Björk (qui fait son grand retour au cinéma) ajoutent à la fascination du public. Avec des femmes de cette trempe, The Northman n’en est que plus surprenant.

 

Histoire et combats

Pour autant, le cinéaste ne fait pas l’économie de scènes de combats dantesques en s’appuyant sur les hauts faits d’Amleth qui a aussi inspiré William Shakespeare pour Hamlet. « Rendre compte de la violence, la montrer de façon spectaculaire sans la glorifier est le défi que je me suis fixé », précise Robert Eggers. Il parvient à ce résultat en n’épargnant pas les effets montrant que la brutalité des affrontements provoque de sérieux dégâts.

Le cinéaste a aussi fait des recherches poussées sur l’Histoire de l’Islande et la réalité du peuple viking. « On me reproche parfois de vivre dans le passé, martèle-t-il mais c’est ma façon d’exprimer ce que je ressens et de parler du présent. » Ces princes qui sacrifient leurs vies et leurs proches par désir de pouvoir finissent par sembler dérisoires dans leur quête mais ils trouvent un écho dans la période actuelle.

 

L’esprit islandais

Le réalisateur a méticuleusement travaillé avec des archéologues pour coller à la vérité historique dans ses moindres détails. Il a aussi fait appel à Sjón, un poète islandais, pour donner un côté fantastique, fort puissant à son film. « Je n’aurais pas pu parvenir à une telle subtilité sans un artiste comme Sjón pour m’aider à comprendre l’esprit islandais », reconnaît-il.

Dans ce domaine, les apparitions de sorciers joués par Björk et Willem Dafoe semblent particulièrement justes. Ce cocktail de trivial et de fantastique donne un ton unique à The Northman qui emporte le public dans des temps reculé où tout semble pouvoir survenir pour faire chavirer les âmes et rouler les têtes.

(Caroline Vié, 20 Minutes, publié le 11/05/2022)

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.