EFFACER L’HISTORIQUE

Quittée par son homme et son fils, la lunaire Marie (Blanche Gardin), ivre de déprime, se retrouve en plus victime d’un minable chantage à la sextape. Christine (Corinne Masiero), chauffeuse VTC, ne comprend pas pourquoi ses clients ne lui mettent jamais plus d’une étoile. Surendetté et veuf depuis peu, Bertrand (Denis Podalydès) peine à jouer les chevaliers pour défendre sa fille, victime de harceleurs.

En plus de se croiser dans le lotissement de Saint-Laurent-Blangy où a été largement tourné le film, ces trois-là, ex-Gilets jaunes, ont un autre point commun : les réseaux sociaux leur font vivre un enfer. Les voilà en guerre contre les géants du numérique, avec leurs propres armes : une naïveté à toute épreuve, un bon sens désarmant et une petite parcelle d’humanité se débattant dans l’océan de fatalisme dans lequel ils se noient. Devant la caméra du duo Delépine/Kervern (I Feel Good), ça devient Black Mirror version Groland. Une fable à l’image granuleuse, absurde et dépressive, récompensée d’un Ours d’argent au festival de Berlin.

À la conquête d’un data center californien

 

Comme le rire est la politesse du désespoir, les réalisateurs multiplient les séquences désopilantes et convoquent même leur tribu pour jalonner l’odyssée des trois losers. Benoît Poelvoorde en cyclo-livreur exténué, Philippe Rebbot en fraudeur social décomplexé, Bouli Lanners en hacker planqué dans une éolienne… C’est irrésistible et en même temps d’un pessimisme cinglant qui confine à la poésie. Surtout quand le récit prend le large, à la conquête d’un data center californien (séquence filmée au Louvre-Lens !). Kervern et Delépine ne nous disent pas qu’internet, c’est mal. Ils constatent que l’économie du numérique entraîne des dérèglements au mieux surréalistes, au pire complètement atterrants. Face à un tel programme, nous, on a cliqué sur « accepter » sans réserve.

 

(Christophe Caron, La Voix du Nord, publié le 25/08/2020)

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *